La moto de la semaine : Yamaha 500 XS Espadon

Actualité du 04/12/2019 par Philippe GUILLAUME
 

Cette semaine, j'ai essayé un Yamaha 500 XS de 1978 accouplé à un side-car Espadon. Je vous explique pourquoi cette moto est unique, en plus d'être importante !

Une fois n'étant pas coutume, cette "moto de la semaine" recouvrant deux histoires en une, je vais commencer par la plus flamboyante, la plus épique, la plus héroïque. Savez-vous que dans le temps, certaines courses de moto n'étaient pas pour les pieds-tendres ni les délicats du fessier. C'est le cas du Tour de France side-car, créé en 1980, et qui vivra trois ans. Sur trois jours, il comporte trois étapes de 1200 km chacunes (forcément, ça part de Bretagne, passe par Bordeaux, les Alpes, le Jura !), que sur des petites routes, où la navigation est essentielle. Au bas mot : 20 heures de moto par jour, dans le froid, la nuit, la flotte. Gérer l'essence, la bouffe, la navigation, la fatigue : un boulot de forçat.

Alors que la majorité des équipages sort l'artillerie lourde (BMW R 100 RS, Moto Guzzi 1000 SP, Yamaha XS 1100), la paire Gérard Planchon & Jean-Louis Cuenoud décide de se la jouer finement. Et ce, doublement : d'abord, ils sont parfaitement interchangeables à la navigation comme au guidon, ensuite, ils savent que la course se jouera sur la durée, et qu'il faut s'économiser. Ils se la jouent donc modeste, en prenant une Yamaha 500 XS accolée à un side Espadon. Précision pour les noobies en side-car : les ateliers Précision, justement, sont alors célèbres pour leurs paniers en acier ou en alu. L'Espadon est une nouvelle gamme, en Polyester, qui seront essentiellement accolées à des BMW, mais Yamaha en fait homologuer un sur une XS 500... 

Yamaha 500 XS, sa vie, son oeuvre

Produite de 1975 à 1978, la Yamaha XS 500 succède à la TX 500, qui ne sera fabriquée que pendant deux ans seulement (1973-74), souffrant dès le début d'une mauvaise réputation (démarrages délicats, carburation capricieuse, fuites d'huile, haut moteur fragile : bref, la cata !). La XS essaye de rattraper les dégats : la base mécanique est la même, mais la carburation, les échappements et les réglages de fourche sont différents. Elle change de look en 1976, en adoptant un design plus carré (selle et réservoir), tandis que de nouveaux carburateurs font encore leur apparition, tout comme de nouvelles suspensions et des roues en alliage. Surtout, un tendeur automatique de distribution est désormais intégré au bloc. Elle évoluera encore avec un nouveau guidon en 1977, et, encore une fois, une carburation améliorée sur le tout dernier millésime, en 1978. On estime qu'environ 6000 XS 500 ont été produites, mais la moto aura été vendue jusqu'en 1980, voire au-delà, car des stocks dormaient chez les concessionnaires... 

Yamaha 500 XS : 3 choses qui m'ont fait kiffer

Rappelons 2 choses : en dépit de ses faiblesses en termes de fiabilité, la TX 500 dont découlera la XS est une moto brillante, sur le papier ! Bicylindre calé à 180°, balancier d'équilibrage contra-rotatif pour éliminer les vibrations, c'est aussi la première Yamaha de série avec une culasse à 4 soupapes. Ensuite, il faut saluer la volonté et la détermination de Francis R., propriétaire de cet engin, qui l'a fait construire à l'identique du modèle du Tour de France, car il voue une fascination à cette course. Voici donc trois choses qui m'ont fait kiffer sur cet attelage unique au monde ! 

  • Déjà, bonjour le sens de la modernité. A l'heure du permis A2 pour tous, on voit qu'il y a 45 ans, une 500, ça faisait déjà 48 chevaux, et ça prenait 9000 tr/mn. En d'autres termes : cette XS 500 est plus sympa à conduire qu'une Honda CB 500 de 2019, et de loin. Cette 500 est pétillante, claque le 400 DA en 14'3 et se montre assez vive et consistante entre 6 et 9000 tr/min. Bref, un petit moteur sympa, avec une sonorité assez métallique. Les quatre premiers rapports sont courts, accentuant la vivacité ; le cinquième est plus long (150 à 7500 tr/mn). 
  • L'Espadon n'est pas un poisson mais une abeille : il virevolte d'un virage à l'autre. Certes, il a été reconstruit et mis au point par Jean Burdet, figure incontournable du side-car (Alternative Side-Car, et les virées en Mongolie l'hiver avec Vintage Rides, c'est lui). Il faut s'en occuper un peu, car en le provoquant, on arrive facilement à le faire glisser ou à lui faire lever la patte, mais dans le sinueux, sa facilité de conduite est étonnante, comparé aux gros cubes qui vous font carrément les bras. En même temps, avec sa structure en polyester, le panier ne pèse que 80 kilos. 
  • Si l'amortissement de la moto solo est assez basique, le confort du side avait été soigné, avec un double amortissement constitué de silentblocs en caoutchouc, provenant d'une remorque Erka, situé sous le panier, suspendu en plus par un amortisseur. La capote a été rajoutée a posteriori, elle n'était pas là pendant la course. 

Une Yamaha 500 XS aujourd'hui : combien, comment ?

Attention, rareté : non pas notre XS Espadon, modèle unique et expertisé 16000 €, mais rien que pour trouver une XS 500 propre, il vous faudra vous lever tôt. Les spécialistes du modèle estiment qu'une cinquantaine de modèles circulent en France et encore, certaines ont été tronçonnées pour que leur propriétaire puisse aller croire qu'il va se la péter au festival "roues et vagues" de son quartier. Dans le cas d'un beau modèle, on n'hésitera pas à lâcher 3000 €... En gardant à l'esprit que les tares de la TX 500 (mauvaise circulation d'huile dans le haut moteur) n'ont pas totalement été résolues sur la XS, que les culasses peuvent se fendre (ça se refait sur mesure, mais l'opération vaut quasiment le prix de la moto), les puits de soupape se déchausser, et que la carburation, en dépit des améliorations continues tout au long de la vie de modèle, a toujours été capricieuse. Sinon, la qualité de construction et l'électricité sont plutôt solides, mais on ne retrouve plus vraiment de pièces. Bon courage ! 

Quelques chiffres clé (données moto solo) : 

  • 2 cylindres en ligne,  4-temps, 498 cm3, 73 x 59,6 mm
  • 2 carburateurs Mikuni, 38 mm
  • 48 ch à 8500 tr/mn 
  • 46 Nm à 6500 tr/mn
  • 193 kilos à sec
  • 170 km/h chrono 

A voir aussi :


Site produit et édité par MEDIA PROD. TOUT DROIT RÉSERVÉ. 2020.