La moto de la semaine : BMW R 100 GS

Actualité du 29/01/2020 par Philippe GUILLAUME
 

Cette semaine, j'ai essayé une BMW R 100 GS de 1993. Je vous explique pourquoi cette moto est importante.

Si la BMW R 1250 GS est aujourd'hui la moto de grosse cylindrée la plus vendue au monde, il faut se rappeler que Munich ne s'est pas construit en un jour. En fait, c'est le résultat de quatre décennies d'une stratégie de la part de BMW. Une stratégie qui a eu du mal à décoller, et qui n'a vraiment porté ses fruits qu'au bout de quasiment deux décennies, du moins si l'on parle alors des volumes de ventes qui ont connu une croissance exponentielle avec la R 1150 GS. Désormais, la GS fait partie de ce que l'on appelle "les vaches sacrées" du monde de la moto : Harley-Davidson, Tmax et GS, voici des icones et des références qui ont bien du mal à se faire déloger par la concurrence. 

L'histoire commence ainsi par la R 80 G/S, premier trail bicylindre allemand et déjà, inventeur du concept du "gros trail" puisque la concurrence japonaise n'en est alors qu'à proposer des monocylindres 500 démarrant au kick et faisant moins de 35 chevaux, quand le flat allemand en propose 50, mais surtout du couple, de la souplesse et de l'allonge en plus. La 800 durera 7 ans au catalogue et évolue en 1000 fin 1987, tout en perdant son "slash" : elle devient alors R 100 GS. 

BMW R 100 GS : sa vie, son oeuvre

La R 100 GS arrive donc au catalogue BMW pour le millésime 1988. Les premiers modèles se reconnaissent avec leur phare rond surmontée d'une petite plaque phare. Par rapport à la R 80 G/S, elle gagne 10 chevaux seulement, mais surtout 20 Nm de couple. En 1989, elle adopte un nouvel embrayage. En 1990, la version Paris-Dakar est proposée : on la reconnait avec son large réservoir, son généreux sabot moteur, son phare carré entouré d'un carénage. En 1991, la GS "standard" reprend la partie avant de la Paris-Dakar (désormais appelée PD pour des questions de droits d'exploitation du nom à partir de 1992). C'est celle-ci, notre version d'essai. Le tableau de bord est amélioré par rapport à la version originelle, tout comme les commodos, les étriers de freins, la fourche (roulements). 

En 1994, BMW change de génération et l'on passe au R 1100 GS et c'est à partir de la R 1150 GS que les scores de vente vont réellement devenir impressionnants (21 000 R 80 G/S ont été produites en 7 ans ; sur les 3 premières années de la 1150, et en comptant la version Adventure, BMW a produit 73 000 motos !). 

Autre point d'importance : déjà, à l'époque, une BM, c'était cher ! Certes, au début des années 90, c'est elle le plus gros trail du marché, la plus grosse en cylindrée, et elle fait payer cette supériorité. Cher. La référence japonaise d'alors, c'était la Honda Africa Twin et elle valait 46062 F en 1989. Les pragmatiques, eux, portaient leur choix sur une Suzuki 750 DR Big, à 32223 F. Et ceux qui ne voulaient que le meilleur allaient donc se délester de 60500 F pour une R 100 GS, ce qui n'est quand même pas rien. 

BMW R 100 GS : trois choses qui m'ont fait kiffer

Une R 1250 GS, aujourd'hui, ça développe 136 ch et 144 Nm. Il y a plus de 25 ans, une R 100 GS en faisait moins de la moitié. Et pourtant, à conduire, c'est bien. Voici pourquoi, en trois raisons : 

  1. Déjà, l'impression de solidité. Evidemment, les designers allemands n'étaient pas dans leur meilleure période, quand on voit les commodos colorés ou les gros compteurs façon Playskool. Mais la solidité de l'habillage, des crash-bar, du porte-paquet, tout ceci indique une machine taillée pour faire des bornes. 
  2. Une GS, c'est un mode de conduite. Le flat n'a rien d'un foudre de guerre et préfère se laisser mener entre 2500 et 5000 tr/mn. Son élasticité réduit les changements de rapports (la boîte est assez lente) et c'est en enroulant qu'on en tire le meilleur. Et la supériorité de la moto sur la concurrence n'apparait qu'après de longues heures de route : avec elle, on est encore frais et serein au guidon, là où la fatigue et l'engourdissement serait apparu au guidon des autres. 
  3. Le confort est évidemment un aspect essentiel que l'on retient de l'expérience de conduite de la GS. L'assise est tout aussi naturelle que la position, la selle est ergonomique, les suspensions sont assez souples. Rien n'incite à hausser le rythme (le feeling général est assez flou et le freinage est moyen), mais avec une belle économie de gestes, on trace sa route et on bout du jour, on a vu du chemin ! C'est ça, l'incarnation de l'esprit BMW de l'époque... 

Une BMW R 100 GS aujourd'hui : combien, comment

Il y en a eu beaucoup, et beaucoup ont vraiment roulé. Attention donc à ce qui reste aujourd'hui sur le marché de l'occasion. Les Paris-Dakar semblent avoir pris la grosse tête : les pros n'hésitent plus à les restaurer (comme on trouve toutes les pièces, c'est facile à défaut d'être bon marché), et à les afficher à 15 000 € ! La cote des premières R 80 G/S grimpe elle aussi vers des sommets peu raisonnables. 

Une version classique de R 100 GS, dans son jus mais en bon état de fonctionnement, se trouve aux environs de 6 / 7000 €. Attention, si la réputation de fiabilité est là sur les anciens flats BM, la R 100 GS a quand même quelques faiblesses, notamment au niveau du train arrière. L'amortisseur fatigue vite (il est souvent rincé à 50 000 km), les croisillons peuvent engendrer des casses du cardan avant 60 000 km. Comme le compteur est réputé fragile, le kilométrage indiqué doit être vérifié avec précaution. Enfin, sur les forts kilométrages (plus de 100 000, si le moteur semble tourner encore bien, il faut regarder les suintements au niveau de la boîte et du pont, la distribution peut devenir bruyante et les soupapes (notamment échappement) peuvent fatiguer... 

Quelques chiffres clé : 

  • 2 cylindres à plat,  4-temps, 980 cm3, 94 x 70,6 mm
  • 2 carburateurs Bing, 40 mm
  • 60 ch à 6500 tr/mn 
  • 78 Nm à 3750 tr/mn 
  • 239 kilos avec les pleins
  • 180 km/h chrono 

A voir aussi :


Site produit et édité par MEDIA PROD. TOUT DROIT RÉSERVÉ. 2020.